Comment construire son prévisionnel financier ?

Quoi inclure dans son prévisionnel financier et comment le structurer ? Blue Conseil vous apporte les clés pour comprendre ce document officiel basé sur des hypothèses de performances, qui vous sera utile pour obtenir des financements.

Qu’est ce que le prévisionnel financier ?

Que vous soyez créateur ou repreneur d’entreprise, votre business plan devra inclure un prévisionnel. En effet, ce document composé de tableaux chiffrés fera l’objet d’une étude de des créanciers et partenaires.

Il comprend :

  • Le compte de résultat prévisionnel
  • Le bilan prévisionnel
  • Le plan de trésorerie
  • Le plan de financement
  • Le calcul de divers indicateurs financiers

Des connaissances considérables en comptabilité et fiscalité sont nécessaires à la création de ce document.

Le Compte de Résultats

Le compte de résultats est une projection sur trois, cinq ans ou plus. Il doit inclure les coûts fixes et variables, le résultat d’exploitation et le résultat exceptionnel. En voici un exemple fictif :

prévisionnel financier : compte de résultats fictif
Exemple d’un compte de résultats fictif

La dotation aux amortissements est une écriture comptable qui estime la dépréciation au cours du temps des immobilisations détenues par l’entreprise. C’est une charge qui n’est jamais vraiment décaissée mais qui ne doit pas être omise car elle permet de comptabiliser une perte de valeur. C’est aussi une façon d’anticiper le remplacement de certains moyens de production par exemple. Elle ne s’applique qu’aux biens inscrits au bilan.

Le bilan prévisionnel

Le bilan prévisionnel est une projection des actifs et passifs d’une entreprise sur plusieurs années.

L’actif comprend:

  • Les immobilisations (biens appartenant à l’entreprise)
  • Les créances clients et stocks (avances de l’entreprise aux clients
  • La trésorerie

Le passif comprend :

  • Les dettes financières
  • Les crédits fournisseurs
  • Les capitaux propres
  • Les dettes fiscales et sociales
  • Les découverts bancaires

Le plan de trésorerie

Par ailleurs, un plan de trésorerie sert à résumer les encaissements et décaissements de l’entreprise. Il faut prendre en compte les délais de paiement. Dans le cas d’une création d’entreprise il est difficile d’estimer ces délais mais s’il s’agit d’une reprise, il est possible de se baser sur les délais connus dans le passé.

Il faut noter aussi que l’entreprise paie d’abord ses achat en TTC avant de récupérer la TVA.

Par ailleurs, si les salaires sont prévus dans le plan de trésorerie, n’oubliez pas de prévoir une sortie mensuelle des salaires NET à payer ainsi qu’une autre sortie mensuelle ou trimestrielle correspondant aux charges sociales.

prévisionnel financier : plan de trésorerie fictif
Exemple d’un plan de trésorerie fictif

Le plan de financement

Le plan de financement est donc une partie capitale du prévisionnel financier de votre entreprise. Il convient de calculer les besoins et les ressources afin de prévoir une variation de trésorerie. C’est en général sur ce tableau que les banques se penchent  avant d’accorder ou refuser un prêt.

Exemple fictif de plan de financement :

prévisionnel financier : plan de financement fictif
Exemple d’un plan de financement fictif

Les indicateurs financiers

Dans de nombreux cas, il est utile de suivre et prévoir l’évolution d’indicateurs de performance témoins de la santé financière de votre entreprise.
Par exemple, on peut calculer :

  • La marge brute

La marge brute est la différence hors taxes entre le prix de vente et le coût de revient de biens ou de services

Marge brute = Prix de vente HT – Coût d’achat HT. ou bien

Marge brute = Chiffre d’affaires – Coûts totaux.

  • L’excédent brut d’exploitation:

Il définit la ressource d’exploitation dégagée par l’entreprise au cours d’une année

Calcul à partir du CA :

Excédent Brut d’Exploitation = CA – achats consommés – consommation en provenance de tiers + subventions d’exploitation – charges de personnel – impôts et taxes

Calcul à partir de la valeur ajoutée :

Excédent Brut d’Exploitation = valeur ajoutée + subventions d’exploitation – impôts, taxes et versements assimilés – charges de personnel

  • Le seuil de rentabilité

Le calcul du seuil de rentabilité permet de savoir à partir de quel niveau d’activité l’entreprise est rentable. C’est un niveau de CA minimum à réaliser pour avoir un résultat supérieur à 0.

Seuil de Rentabilité = charges fixes / (( CA – charges variables) / CA)

  • Le besoin en fonds de roulement

Le besoin en fonds de roulement est un calcul qui atteste du besoin de trésorerie nécessaire pour couvrir les décalages dans les flux de trésorerie.

Besoin en fond de roulement = Actif circulant – Passif circulant

  • La capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement est très liée au calcul de la trésorerie d’entreprise. Plus cette dernière est importante, plus l’entreprise peut réinvestir sans s’endetter.

Calcul à partir de l’excédent brut d’exploitation

Capacité d’autofinancement = Excédent brut d’exploitation + produits encaissables – charges décaissables

Calcul à partir du résultat net

Capacité d’autofinancement = résultat de l’exercice + charges calculées – produits calculés + valeur comptable des éléments de l’actif cédés – produits de cession des éléments actifs cédés

Pour plus d’exemples et de renseignements sur le prévisionnel financier ou l’expertise comptable, contactez Blue Conseil.



La lettre de mission à un expert comptable

La lettre de mission à un expert comptable permet de documenter la rémunération de l’expert comptable et de définir le cadre contractuel des relations avec son client.

Le cabinet d’expertise comptable à La Rochelle Blue Conseil vous informe.

À quoi sert la lettre de mission à l’expert comptable ?

Tout d’abord, la lettre de mission pose les bases d’un contrat. Elle servira de preuve à part entière en cas de litige.

Elle est obligatoire dans le cadre dans l’application du Code de Déontologie des Experts Comptables.

Que contient-elle ?

La lettre de mission à un Expert Comptable doit contenir plusieurs éléments.

En premier lieu, les tâches réalisées par l’expert comptable. Afin de prévoir les prestations non prévues, on conseille d’y inclure une grille de répartition, dans laquelle préciser les travaux qui peuvent être réalisés en interne par l’entreprise.

En second lieu, les honoraires de l’expert comptable. Ici, incluez avec lui le détail des différentes prestations. Par exemple la gestion de la paie, la rédaction des statuts, l’enregistrement aux administrations, etc…

missions de l'expert comptable - lettre de mission
Les domaines d’intervention possibles de l’expert comptable.

Résiliation

Une clause pénale peut prévoir le versement d’indemnités par le client à son expert comptable dans le cas où l’entreprise décide d’arrêter la collaboration. En général, le montant de ces indemnités se situe autour de 25% des honoraires et ne doit pas être excessif.

Aménagement de la responsabilité de l’expert comptable

L’expert comptable peut dans la lettre de mission engager sa responsabilité civile, pénale ou disciplinaire dans le cas où il commettait des fautes ou négligences.

Les fautes et négligences engagent la responsabilité civile de l’expert comptable. Tout comme les manquements préjudiciables : par exemple s’il y a eu des erreurs ou oublis dans les comptes lors d’un redressement fiscal.

Par ailleurs, dans le cas où les devoirs de l’expert comptable ne seraient pas respectés, sa responsabilité pénale est en jeu. L’expert comptable peut par exemple être tenu pour responsable d’un/une :

  • Omission d’écriture, ou écriture inexacte ou fictive
  • Négligence ou inobservation des règlements
  • Usage abusif de son titre / exercice illégal de la profession
  • Violation du secret professionnel
  • Fraude fiscale / fausse comptabilité

Pour plus d’exemples et de renseignements sur la lettre de mission ou l’expertise comptable, contactez Blue Conseil.


Création d’Entreprise : demander un Congé ou un Temps Partiel

Congés ou Temps Partiels pour la création d’Entreprise sont des dispositifs dont vous pouvez bénéficier. Faites votre demande auprès de votre employeur !

D’une part le congé non rémunéré vous permet de prendre le temps de vous lancer dans une nouvelle aventure.

D’autre part, l’option du temps partiel, elle, permet de continuer à percevoir un revenu, mais nécessite une très bonne gestion du temps.

Congé pour la création d’entreprise

Tout d’abord, parlons du congé pour la création d’entreprise : le dispositif permet aux salariés, avec l’accord de leur employeur, de s’accorder un temps pour faire l’expérience de l’entrepreneuriat.

Le congé pour la création d’entreprise n’est pas rémunéré.

Par ailleurs, l’employé doit justifier d’au moins 24 mois d’activité au sein de l’entreprise de son employeur. De plus, si l’employé a déjà bénéficié du dispositif, il doit s’écouler 3 ans avant la nouvelle demande.

étapes congé pour la création d'entreprise
Processus de demande de congé pour la création d’entreprise

Revenons à présent sur les jalons d’une demande :

  1. Demande de départ en congé pour la création d’entreprise
  2. Réponse de l’employeur
    1. Départ en congé reporté : dans le cas où d’autres employés seraient en congé en même temps
    2. Refus : Dans une entreprise de moins de 300 salariés, l’employeur a le droit de refuser si le départ est jugé préjudiciable pour l’entreprise
    3. Accord de l’employeur
  3. Situation du salarié pendant le congé
  4. Décision de retour en poste

Temps partiel pour la création d’entreprise :

D’autre part, si votre employeur vous l’accorde, vous pouvez négocier un temps partiel pour la création d’entreprise. Cela offre l’avantage de toucher une partie de votre salaire, revenu non négligeable dans le financement de votre entreprise. En effet, le temps partiel peut assurer une transition entre deux activités. Autre point positif : vous gardez un pied dans l’entreprise et restez informé de ce qui s’y passe. Par exemple, dans l’optique où vous choisissez de réintégrer l’entreprise à l’issu du temps partiel, vous n’aurez pas tout à réapprendre.

Les étapes de la demande de temps partiel pour la création d’entreprise sont quasiment les mêmes que pour un congé pour la création d’entreprise :  

  1. Demande de passage en temps partiel au moins deux mois avant la date souhaitée (doit comprendre la rédaction d’un courrier expliquant les motivations de l’employé et l’activité de son entreprise)
  2. Réponse de l’employeur
    1. Refus de l’employeur : par exemple s’il s’agit d’une entreprise de moins de 200 salariés et que l’activité de l’employé concurrence la sienne ou bien si un temps partiel est jugé préjudiciable pour l’entreprise
    2. Report de la date (dans une limite de 6 mois maximum)
    3. Accord de l’employeur

Respect des délais pour l’employeur :

Qu’il s’agisse d’un congé ou d’un temps partiel pour la création d’entreprise, si l’employeur ne répond pas dans les délais prévu par la loi, la demande est considérée acceptée.

Contestation d’un refus :

Enfin, si l’employeur refuse un départ en congé ou temps partiel pour la création d’entreprise, le salarié dispose de 15 jours pour contester cette décision. De plus il doit s’adresser au Prud’Hommes pour faire part de son désaccord.

Pour en savoir plus sur le congé ou le temps partiel pour la création d’entreprise, contactez Blue Conseil :


Création d’entreprise : Missionner un Expert Comptable

Création d’Entreprise : Missionner un Expert Comptable peut s’avérer un grand atout !

Rappelons tout d’abord que l’expert comptable est un professionnel (entre autres) de la trésorerie tenu à une déontologie. Lors de la concrétisation du lancement d’une entreprise, et même avant lors des phases de définition des missions et des statuts l’aide d’un expert comptable s’avère précieuse. Comment choisir votre expert comptable ?

Comment un expert comptable peut-il vous aider à créer votre entreprise ?

Lire la suite


Qu’est ce que le crédit 50 K et comment en bénéficier ?

Le crédit 50 K permet aux créateurs d’entreprise de bénéficier d’un prêt plus facilement. Comment y parvenir ? L’aide de votre expert comptable est nécessaire. Engager un expert comptable : qu’est ce que la lettre de mission ?

Si vous êtes déjà passé par les premières étapes de la création d’entreprise et que vous soulevez maintenant la montagne du financement, cette solution pourrait bien être faite pour vous.

Vous pouvez, en tant que chef d’entreprise ou créateur d’entreprise bénéficier du crédit 50k via votre expert comptable. En effet, le crédit 50k vous permet de déposer une demande auprès de trois organismes financiers différents et de solliciter celui qui vous proposera la meilleure option. Tous les partenaires bancaires s’engagent à donner une réponse au dossier sous 15 jours.

Crédit 50 K - Un expert Comptable vous aide à solliciter cette aide pour la création d'enterprise
Un expert comptable peut vous aider à obtenir un crédit 50K pour la création d’entreprise

Lire la suite